Google+ Followers

mardi 23 septembre 2014

Le ciel dans la peau, les 21 et 22 octobre à Paris !!!


Nous vous proposons de découvrir les 21 et 22 octobre à 20h30 le spectacle Le ciel dans la peau, du dramaturge mexicain Edgar Chias, que sera joué à l'occasion du festival Péril Jeune #7 à Confluences, lieu d'engagement artistique,  au 190 boulevard de Charonne, Paris 20e.

Publik'art: "une belle et percutante rhapsodie"/
 

Radio Nova: "intelligemment mis en scène"/
 

Le petit Bulletin: "Odille Lauria, parfaite, poignante"/
 

Les trois coups: "une simplicité émouvante"/
 

Le théâtre du blog "Une partition musicale"/

Le ciel dans la peau dénonce le phénomène du féminicide au Mexique.


"Ce texte poétique et puissant, nous interroge sur la condition féminine qui change peu et mal. Une jeune fille parle, c’est la seule façon pour elle de rester en vie. Dans ce Mexique bruyant et déchiré, elle dit l’admirable résistance des femmes face à la corruption du pouvoir et à la violence des narcotrafiquants.

Nous avons répété ce spectacle au Théâtre National Populaire à Villeurbanne et nous avons obtenu l'aide à la création du Centre National du Théâtre. Le spectacle a été coproduit par le Tricycle et a bénéficié des ateliers de construction de décors de la ville de Grenoble. Notre compagnie implantée dans le Rhône est soutenue par les affaires culturelles de la ville de Villeurbanne.

La jauge est petite, pensez à réserver au 01 40 24 16 46.

Au plaisir de vous rencontrer,"

Amandine FONTAINE
Chargée de diffusion
06.85.16.64.09

Anaïs CINTAS
Directrice artistique
lesmonturesdutemps.fr
06 51 60 76 84

Odille Lauría
http://odillelauria.com/

Plan d’accès Association Confluences

vendredi 13 juin 2014

Choix de Gwendoline Gaciarz, librairie DU ROND-POINT à Paris

Le choix des libraires : Choix de Gwendoline Gaciarz de la librairie DU ROND-POINT à PARIS,  (visiter son site)  



Les «gens fragiles» dont parle Alberto Villareal, ce sont les acteurs : cinq acteurs endossant tour à tour tout un éventail de rôles. Ils parlent d'eux-mêmes, de la difficulté de toute forme d'expression artistique, engageant régulièrement au fil des scènes le spectateur dans leur réflexion. Quelle est leur place dans la société ? Où se situe la frontière entre l'Art et la vie ? Ces personnages s'interrogent, tantôt avec finesse, tantôt sur le mode de la provocation, souvent dans la violence... Une mise en abîme à fleur de peau pour cinq personnages.

mardi 22 avril 2014

Le prix Juan Ruíz de Alarcón pour LEGOM

Le Miroir qui fume a l´honneur de soutenir la candidature de LEGOM au prix
Juan Ruíz de Alarcón 2014 pour son unique et trascendente oeuvre théatrale. 


lundi 25 novembre 2013

Deux nouveaux titres aux éditions Le Miroir qui fume !

Venez nombreux échanger avec Alberto Villarreal, grand metteur en scène et auteur de "Essai sur les gens fragiles" ! Nous présenterons aussi "Hitler dans le coeur", de Noé Morales Muñoz. 
RDV à la librairie du Théâtre du Rond-point ce 28 novembre à 18h30.
Mezcalito d'honneur ¡No falten!

2bis, av. Franklin Roosevelt, 75008 PARIS
Tél : 01.44.95.98.22

lundi 11 novembre 2013

LE CIEL DANS LA PEAU, du 13 au 23 novembre à Lyon

De l’auteur mexicain Edgar Chias,
Mise en scène  d'Anaïs Cintas 

Avec Odille Lauria

Ce texte poétique et puissant, nous interroge sur la condition féminine qui change peu et mal. Une jeune fille parle, c’est la seule façon pour elle de rester en vie. Dans ce Mexique bruyant et déchiré, elle dit l’admirable résistance des femmes face à la corruption du pouvoir et à la violence des narcotrafiquants.

A noter : rencontre avec le public à l’issue de la représentation du samedi 16 novembre, l’occasion d’une discussion sur les violences faites aux femmes et sur leurs droits ici et ailleurs….

Du lundi au vendredi 20h30- samedi 19h
5, rue du Petit David, 69002 Lyon, France
réservation: 04.78.37.46.30
tarifs: de 8 à 20 €

https://www.facebook.com/events/173249096207409/

samedi 5 octobre 2013

Bientôt chez votre libraire (théâtral) !

Le lecteur trouvera ici trois récits qui n’en forment qu’un et qui ont pour origine la mort d'un footballeur. Le premier est celui de la description du désir d’une femme pour le corps musclé et sensuel de ce sportif, étranger à sa cosmogonie personnelle. Le suivant est celui de la vision spectaculaire de la mort de ce corps, retransmise en direct par les médias. Enfin, la violence de ces images trouve son expression paroxystique dans le troisième récit où un homme se transforme en tueur, suite à la mort de la vedette sportive. Fascination du corps, manipulation des regards et des désirs, constituent le quotidien d’un monde où l’incertitude prédomine au milieu d’images mouvantes, insaisissables.
 
DAVID FERRÉ

dimanche 22 septembre 2013

Bientôt chez votre libraire (théâtral) !

Cinq acteurs tentent de jouer diverses saynètes qui fleurtent avec l’absurde. Les dysfonctionnements entre jeu et imitation y sont systématiquement dévoilés. Les figures jouent au théâtre pour exclure, pour condamner et pourblâmer autrui. Tel un miroir déformant, tout sert autant le jeu de l’acteur que le récit. Comme le dit l’auteur, ce texte est « une maquette qui permet d’exposer la fragilité humaine ». Cet entrelacs de sketches crée un dynamisme formel jamais décentré du jeu de l’acteur qui court derrière la vanité des hommes.
 
DAVID FERRÉ

vendredi 21 juin 2013

Un article de Laura Plas sur notre maison d'édition

Miroir, mon beau miroir… qui fume

"Le Miroir qui fume n’est pas qu’un redoutable dieu aztèque qui a le pouvoir de sonder les âmes et de voir l’avenir. Il donne en effet son nom à une compagnie et à une maison d’édition qui nous font découvrir les riches territoires du théâtre mexicain moderne et contemporain. Traduire et éditer du théâtre, prendre ainsi des risques que les grosses maisons d’édition n’ont pas osé prendre, telle est la mission de cette ambitieuse et courageuse structure." (lire la suite)


Laura Plas